De Villa de Leyva à San Gil

   Après 3h30 de bus depuis Zipaquira, nous arrivons de nuit à Villa de Leyva. Nous visitons au moins 6 hôtels différents avant d’en négocier un à un prix raisonable situé juste à côté de la gare routière.

   Villa de Leyva est un petit village classé au patrimoine national de Colombie ce qui en fait un lieu très touristique notamment fréquenté par les Colombiens. Le village est connu pour ses bâtiments coloniaux mais surtout pour son immense place centrale en pavé qui serait l’une des plus grandes du pays (14 400m²). Le meilleur moyen de visiter la petite ville est de se promener à travers les multiples ruelles.

   La campagne environnante est toute aussi charmante. Nous partons à pied pour une randonnée de quelques heures en pleine campagne Colombienne (environ 12-14 kms). Nous nous rendons d’abord aux Pozos Azules qui est un petit parc privé regroupant 6 lacs aux couleurs turquoises. Compter 10 000 COP l’entrée.

   Aprés avoir passé une bonne heure aux Pozos, nous rejoignons le sentier de rando en bord de route pour aller au musée El Fossil. Car oui, le région est également connue pour ses sols riches en fossiles. Le musée expose divers fossiles de plantes, animaux préhistoriques mais la star du musée est un immense dinosaure marin mesurant une vingtaine de métre. L’entrée du musée coûte 8 000$ COP.

   Nous finissons notre promenade sous la chaleur jusqu’à la Casa de barro qui est une maison d’architecte en terre. Il est possible de la visiter mais nous nous sommes contentés de l’observer de loin.

   La ville de San Gil n’a pas de grand attrait touristique mais elle reste néanmoins très agréable à visiter. La vie de la ville s’articule autour de la place principale, le marché couvert vaut le détour surtout à l’heure du petit déjeuner et également pour acheter de bon fruits et légumes frais. A noter que la ville est construite à flanc de montagne, certaines rues sont donc très très rudes à monter, surtout avec le sac sur le dos ! Nous avons aperçu plusieurs vautours au coin des rues et sur les toits des maisons.

   Mais San Gil est surtout le point de départ pour différentes activités à sensation comme le parapente, le saut à l’elastique ou encore le rafting. Nous nous sommes laissés tenter par le parapente, et il faut dire qu’en voyant le décor, on a pas hésité longtemps. Nous sommes passés par l’agence Paravolar. Aprés 1h de transport depuis la ville, nous voilà arrivés au Canyon de la Chicamocha. Nous sommes un petit groupe de 4 personnes à voler ce matin, deux Coréennes et nous deux. Après quelques brèves explications, Greg est déjà parti loin dans les airs puis Maxime par la suite. Le vol dure environ 15-25 min suivant les conditions climatiques. La chance étant avec nous, les conditions sont très bonnes ce qui nous permet de voler assez longtemps et de prendre beaucoup de hauteur. Nous avons tout les deux adoré ! Il faut juste rester confortablement assis et se laisser porter par le vent en regardant les magnifiques paysages. C’est une expérience que l’on conseille à tout le monde, même à ceux qui ont le vertige. Ce n’est pas du tout violent contrairement au saut en parachute par exemple. Les dernières minutes du vol, le pilote nous demande si l’on souhaite un peu d’adrénaline, et là il se met à tourner dans tous les sens, c’est génial.

   Le lendemain, nous nous sommes rendus au petit village de Barichara, situé à 1h de bus. Ce village est vraiment très mignon et paisible. Ici, tout se fait au ralenti, le parc sur la place du village rassemble les petits et les grands tout au long de la journée. On a aimé s’y arrêter et se poser comme les locaux à juste profiter.

   En haut du village, près du mirador offrant une magnifique vue sur la vallée, se trouve l’entrée du Camino Real. Ce chemin pavé est une ancienne route créée par les conquistadors espagnols pour relier Barichara à Guané, un village encore plus petit. Nous commençons cette rando de 5-6 kilomètres, à travers la campagne Colombienne, aux alentours des 11h. Il est presque déjà trop tard, les derniers kilomètres seront extrêment durs à cause de la chaleur écrasante. Les paysages offerts le long du chemin sont magnifiques, mélant vues sur la vallée et végétation luxuriante.

   Cette rando est à faire dans le sens Barichara → Guané, puisque ça descend sur une bonne partie du sentier. Nous aurons croisé que deux personnes, les 2 coréennes du parapente, qui l’ont fait dans le sens inverse et qui ont du mal à finir la rando.

Où dormir ?

A Villa de Leyva, Balcones de San Sebastian : Situé à côté du terminal de bus et non loin de la place centrale ; 50 000$ COP la chambre double négociée. Terrasse agréable, pas de petit-déjeuner, ni de cuisine.

A San Gil, Hostal El Papillon : Petit hostal géré par une colombienne et un suisse, cadre agréable, cuisine commune, salle de bain commune ; chambre double donnant sur le patio à 40 000$ COP.

Où manger ?

A Villa de Leyva

Pasteleria francesa : Idéal pour le petit-déjeuner, produits typiques (viennoiseries, pâtisseries, baguette …) de France à des prix très abordables.

Villa Pollo : Petite cantine pas chère que l’on a trouvé le premier soir. Poulet rôti à la broche, et petites pommes de terre. Classique mais excellent !

Restaurante Boyacense : Almuerzo classique pour le déjeuner ; Soupe, viande, riz, légumes et salade, dessert et jus de fruits, le tout pour 7 000$ COP.

A San Gil

Mercado central : Idéal pour le petit-déjeuner, on s’est régalé aux étals de fruits. Le matin c’était salade de fruits et granola avec un jus de fruits (équivalent à 2 verres), pour 7 500$ COP.

Notre hostel avait une cuisine, on s’est donc préparé des repas avec les légumes et fruits du marché !

A Barichara

El Campa : Restaurant de locaux pour le déjeuner, ils servent un menu du jour (soupe, plat principal et jus) pour 10 000$ COP.

Transports :

De Zipaquira à Villa de Leyva : Il faut attraper un bus sur la route prinipale. Nous avons attendu 1h30 avant d’en avoir un qui se rendait à notre destination. Avec la compagnie Gaviota 25 000$ COP. Comptez au moins 3h, on a le temps de bien apprécier les paysages montagneux et autour de la lagune de Fuquene.

De Villa de Leyva à San Gil : Prendre un premier mini bus pour vous emmener à Arcabuco, 7 000$ COP, départ le matin toutes les heures (6h, 7h, 8h, 10h ..). Environ 1h15 de trajet sur des chemins de terre ! Avec la compagnie, Comultrans Villa !

A Arcabuco, attraper un bus sur la route principale. Nous avons pris avec la compagnie AutoBoy, wifi dans le mini bus. Environ 3h30 de trajet avec une pause repas ; 25 000$ COP.

De San Gil à Barichara : 5 000$ COP l’aller pour rejoindre le village en partant du terminalito. Il y a des bus toutes les 20-30 minutes environ. Comptez une bonne heure de transport.

De Guané à San Gil (passant par Barichara) : Une petite demie heure est nécessaire pour ralier Barrichara en partant de Guané. 2 300$ COP l’aller ou 7 300$ COP jusque San Gil. Il n’y a qu’un départ par heure de Guané au quart de chaque heure.

2 commentaires

  1. Fatome Françoise

    Que c’est beau!!!!! Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *