Quito & les alentours

   Nous quittons déjà la Colombie direction l’Équateur. Le passage de la frontière se fait tout doucement. Il y a du monde, beaucoup de monde, notamment dans la 2ème file réservée aux Vénézuéliens qui fuient leur pays et son gouvernement. Pour nous, européens, la file d’attente est plus courte et nous ferons toutes les formalités en 2h.

   Après 3h de bus, nous arrivons à notre première étape, Otavalo. C’est une petite ville que nous avons trouvé calme, mignonne et très authentique. Elle est réputée pour son marché d’artisanat, qui est vraiment agréable à découvrir et aussi pour les prix assez attractifs proposés. Nous avons acheté nos premiers souvenirs : des peintures et un pull. Compliqué de trop se charger, nous ferons principalement nos achats en repartant d’Amérique du Sud.

   Le marché d’Otavalo, un peu excentré de la ville mais facilement accessible à pied, est aussi à voir. Les gens étaient adorables avec nous et tous portaient des vêtements traditionnels, plus jolis les uns que les autres. Pour déjeuner, c’est l’endroit idéal, des bonnes portions, un menu du jour très bon, le tout pour un prix défiant toute concurrence. Notre meilleur rapport qualité prix en Équateur.

  Il y a de nombreuses visites à faire autour d’Otavalo. Nous avons choisi de partir découvrir seulement la cascade de Peguche. Elle est située non loin du centre de la ville à 30 minutes de marche environ. La promenade dans la forêt est agréable pour y aller, nous passons auprès de piscines incas où il est possible de se baigner. Nous avons passé notre tour, il faisait pas super chaud et l’eau était très froide.

   Direction la capitale, Quito ! Les montagnes entourent la ville à l’est et à l’ouest, elle est donc très étendue du nord au sud. C’est également la 2ème capitale la plus élevée au monde (2 850m). Arrivant du nord, nous mettons 45 min de bus de ville pour rejoindre la centre historique.

   Le centre colonial est agréable à visiter, beaucoup de monuments à découvrir, la place centrale, les églises ect .. Le palais présidentiel peut se visiter, pas de chance pour nous, la venue du premier ministre américain a fait fermé les portes au public et a complètement éteint toute la vie du centre historique par mesure de « sécurité ». La cathédrale est imposante, la visite de l’intérieur n’a pas vraiment d’intérêt, d’autres églises de la ville sont beaucoup plus belle. Ce qui vaut le détour c’est la vue du haut des tours.

   Grimper en haut du Panecillo offre également une belle vue sur la ville. Le chemin pour y aller peut être un peu dangereux, mais nous y étions avec Laura, la colombienne, donc aucun soucis.

   La mitad del mundo est une petite ville situé à 1h30 de bus, c’est ici que passe la ligne Equateur. Il y a deux musées notamment, nous en visitons qu’un seul, le musée Intinan. La visite est guidée pendant une heure environ, nous avons de la chance nous avons pris le tour en espagnol et nous sommes seuls avec le guide. Il nous explique principalement, les croyances incas, leurs artisanat et coutumes. Intinan signifie le chemin du soleil, et c’est à cet endroit précis (après beaucoup de recherches et de calculs) que passe la ligne Equateur. Nous ferons diverses expériences, sur la ligne, sur la partie hémisphère nord et sur la partie sud, afin de voir les différences d’attraction notamment. Certaines auront plus ou moins réussies lol.

   La ville de Mindo est perchée dans les montagnes à 2h30 de bus du centre de Quito. Nous y partons à la journée mais il est recommandable d’y passer au moins une nuit pour pouvoir bien en profiter. A la descente du bus, nous sommes alpagués par des vendeurs de tours et d’activités. Nous avons peu de temps, seulement 6h30 pour découvrir ce que nous avions prévu, le Mariposario et randonner dans la forêt pour y voir des cascades.

   La Mariposario est une ferme de papillons. Nous sommes impressionnés par les énormes papillons, colorés et très actifs. Certains sont même venus manger sur notre main pour notre plus grand plaisir. Et autre spectacle assez inattendu, nous avons vu l’éclosion de papillons.

   Nous avions consacré notre après-midi à la randonnée. Ne voulant pas payer de taxi pour arriver au point d’entrée des cascades, nous grimpons pendant 7 kilomètres .. Arrivés en haut, il se met à tomber des cordes, ça ne s’arrêtera pas ! Ne voulant pas avoir fait tant d’efforts pour rien, nous enfilons nos imperméables et montons à bord de la tarabita pour traverser la vallée et rejoindre les cascades. La tarabita est un genre de téléphérique très rustique. Nous descendrons voir 2 cascades mais la pluie aura eu le dessus et nous aura découragé à en voir plus. Ne voulant toujours pas payé de taxi (beaucoup trop cher à notre goût, la zone est très touristique), on tente pour la première fois de ce voyage, le stop. Nous marchons 5-10 minutes avant de grimper à l’arrière de pick up pour faire les 7 kilomètres jusqu’au village.

   Nous quittons Quito après 3 jours passés dans la ville et aux alentours, pour arriver à Latacunga. La ville a peu d’intérêt mais c’est le point de départ pour le trek de Quilotoa. Nous hésitons en arrivant sur ce que nous souhaitons faire. On peut y aller à la journée et découvrir la lagune ou bien randonner sur plusieurs jours dans la région. La météo est vraiment pas au rendez-vous en Équateur, quasiment que du ciel gris ponctué d’averses. Nous prenons la décision de partir seulement à la journée et on a bien fait lol.

   Il faut compter 2h de bus pour se rendre au village de Quilotoa. Mais nous avions entendu parler d’un marché local dans le village de Zambuhua situé sur la route. Nous nous y arrêtons et sommes agréablement surpris des scènes de vie auxquelles nous assistons. Nous y verrons seulement 2 touristes, c’est agréable et c’est vraiment authentique. Les habitants des montagnes viennent ici pour vendre leur production ou bien pour s’approvisionner en fruits et légumes, pains, vêtements …

   Arrivés à Quilotoa en fin de matinée, nous marchons une bonne heure sur les hauteurs de la lagune jusqu’au mirador. La vue est assez dégagée, nous voyons les nuages défilés à vive allure et nous profiterons même de quelques rayons de soleil. Après le déjeuner, nous décidons de descendre au plus près de la lagune, on se dit que la remontée s’annonce déjà dure .. A peine le temps de profiter du lac et du paysage en bas, que le ciel s’était bien couvert et la pluie s’abattait sur nous. Il est possible de louer les services d’une mule pour remonter au village, mais courageux que nous sommes, nous ferons la remontée sans pause en 45 minutes, mais en souffrant de l’altitude, de la pluie et de la difficulté du chemin. Nous ne tarderons pas trop ensuite pour trouver un mini van en partance pour Latacunga. Et aucun regret de ne pas avoir randonner sur 2 ou 3 jours avec la météo très capricieuse de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *